Avant d'aborder les principes de base de la diététique chinoise, nous avons jugé bon de préciser ce que nous entendons par santé; En effet il est bien plus fréquent de parler de maladie que de santé; De lç découle une attitude mentale portée uniquement à combattre la maladie, lui donnant une importance toujours plus grande. Tournons nous donc plutôt vers la santé, qui est bien plus qu'une absence de maladie.

Comme disait Chauvot de Bauchêne : "la santé est le trésor le plus précieux et le plus facile à perdre. C'est cependant le plus mal gardé"

En plus de cette définition tout à fait pertinente, précisons quelques points clés, relativement objectifs, issus non pas de la traditionchinoise mais de nos réflexions et observations personnelles qui nous servent de repère pour définir ce qu'est la santé :

le physique

il n'y a certes pas de canon de la santé, pas plus que de canon de la beauté, mais tout de même pouvons nous parler d'harmonie et éviter la fatigue musculaire; L'être humain sain de corps se reconnait à l'harmonie de ses proportions; Nous pouvons être mince ou massif selon notre type morphologique, petit ou grand, mais dans tous les cas, il ne doit y avoir ni manque ni excès; La forte maigreur  ou l'obésité sont des signes criants et immédiats d'un déséquilibre;

La souplesse

Nous entendons par souplesse aussi bien celle du corps que celle de l'esprit. La souplesse du corps s'obtient par la pratique d'exercices physiques réguliers, de préférence dans la nature : la marche, le vélo, le Qi Gong, en sont de bons exemples. La seconde souplesse, celle de l'esprit, vient surtout de sa jeunesse. C'est dans notre jeunne que nous apprenons le plus.