Entre 475 et 221 av jC : C'est l'époque de Huang Di Nei Jing. Cet ouvrage est considéré comme le plus ancien libre de médecine chinoise mais sert encore de référence de nos jours; Celui-ci nous donne déjà des recommandations sur la façon de nous alimenter, sur l'importance des saveurs dans le cadre de la loi du Yin et du Yang et de la thérie des cinq mouvements. A la même époque, le médecin Bian Que précise que les maladies doivent d'abord est traitées par le régime alimentaire, et que si celui ci échoue, il faudra alors avoir recours à la phytothérapie;

Vers 200 après JC : Sous la dynastie des han, l'un des plus importants fondateurs du système médical chinois, Zhang Zhong Jing, préconise l'utilisation de soupes et de décoctions pour le traitement des maladies, notamment celles dues au froid. On trouve parmi cell-ci Ghui Zhi Tang, bien connue en Chine pour traiter les refroidissement, les rhumes, les angines, les grippes...

Vers 652 après JC sous la dynastie Tang, Sun Si Miao, figure très populaire de la médecine chinoise, écrit une vaste complilation de 30 volumes : Qian Jin Yao Fung, dont on peut dire que c'est le premier écrit ou la thérie alimentaire est décrite en détail, avec le traitement des maladies. Beaucoup d'aliments y sont donnés simplement à titre préventif,  car Sun Si Miao attachait beacoup d'importance au diagnostic précoce; C'est ce qu'il lui faisait dire :

"Le traitement supérieur consiste à soigner la maladie avant son apparition, le traitement moyen consiste à soigner la maladie sur le point de se manifester, le traitement inférieur consiste à soigner la maladie une fois déclarée".